La Cité de feu · Kate Mosse

Les romans historiques et moi, c’est une longue histoire d’amour. Même s’il m’arrive de ne pas en lire pendant des périodes plus ou moins longues, j’y reviens toujours avec grand plaisir. En ce début d’année, j’ai jeté mon dévolu sur un beau pavé de 600 pages que j’ai dévoré en à peine quatre jours!

La Cité de feu (2020) de la romancière britannique Kate Mosse est le premier tome d’une nouvelle série qui couvrira trois cents ans d’Histoire, de la France du XVIème siècle à l’Afrique du Sud du XIXème. Ce premier tome débute en 1562 dans un royaume de France en proie à de très vives tensions entre catholiques et protestants.

S’il était addictif, ce roman a soulevé chez l’éternelle curieuse que je suis un certain nombre de questions sur des événements historiques clés que j’aurais aimés voir un peu plus approfondis. Bien que la note initiale au sujet des guerres de Religion offre un petit aperçu du contexte historique dans lequel s’inscrit l’intrigue, quelques notes de bas de pages et/ou un glossaire contenant quelques explications supplémentaires auraient été les bienvenus. Mais qu’à cela ne tienne! J’ai fait appel à mon cher ami Google et je me suis débrouillée avec lui jusqu’à ce que j’aie une illumination. « Post Tenebras Lux » comme on dit à Genève.

Vous le savez, Genève a joué au XVIème siècle un rôle central dans la promotion de la Réforme en devenant notamment une importante terre d’asile pour les nombreux huguenots persécutés, dont l’illustre Calvin pour ne citer que lui. Il ne me restait donc plus qu’à me rendre à la vieille ville, avec mon pavé et mon fiston sous le bras, pour visiter le Musée international de la Réforme sis à deux pas de la Cathédrale. Grand bien m’en a pris, la balade fut belle et la visite fort instructive. A faire si vous êtes de passage dans les environs! Mais je m’égare… Revenons-en au Languedoc et à nos huguenots.

En 1562 donc à Carcassonne, comme à Toulouse d’ailleurs et de façon plus générale dans une grande partie du Royaume de France, les tensions entre catholiques et protestants se font de plus en plus vives et ce malgré l’Edit signé par l’enfant-roi Charles IX en janvier de la même année. C’est en cette période fort troublée et dans d’étranges circonstances que vont se rencontrer Minou Joubert et Piet Reydon. L’une est la fille d’un libraire catholique progressiste, la nièce de l’un des principaux persécuteurs de huguenots à Toulouse et la mère de substitution pour ses frère et soeur depuis que leur mère est décédée de la peste quelques années plus tôt. L’autre est un huguenot converti dont la vie est en danger depuis qu’il a été mêlé au vol d’une relique sacrée.

Avec une bonne dose d’action et de suspense, Kate Mosse nous entraîne dans une course-poursuite entre Carcassonne, Toulouse et le village de Puivert, de la librairie des Joubert aux cachots de l’Inquisition en passant par les appartements d’un prêtre assoiffé de pouvoir et rongé par l’ambition ou encore le domaine d’une mystérieuse et inquiétante châtelaine.

Massacres et tortures au nom de la religion, complots, vol d’une relique sainte, un important secret de famille, une amitié au goût amer de trahison, une touche de romance… Tous les ingrédients sont présents pour faire de La Cité de feu un roman qu’on lit avec grand plaisir.

Bien que certains événement soient prévisibles et que le roman souffre parfois de quelques petites longueurs, ce n’est vraiment pas grand chose au regard du souffle romanesque qui porte ce roman. La Cité de feu est un roman fort divertissant qui pourrait plaire même à ceux qui ne sont pas particulièrement friands de romans historiques!

Sonatine, 608 pages, janvier 2020.

The Burning Chambers
Trad. Caroline Nicolas

4 réflexions au sujet de “La Cité de feu · Kate Mosse”

  1. je viens de me procurer deux romans historiques d’une autre auteure. J’espère accrocher ! je n’ai jamais lu Kate Mosse et du coup ton billet est très instructif .. et puis tu sais je suis de Nantes, le fameux « Eddy de Nantes » comme l’a si joliment écrit un élève du bac l’été dernier 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Eddy de Nantes! J’adore 😂 Oui, je sais que tu es Nantaise, j’ai pensé à toi d’ailleurs.
      Quels sont les titres de tes trouvailles?
      Je viens de terminer « Le cœur battant du monde » de Sébastien Spitzer, un roman sur le fils caché de Karl Marx, j’ai bcp aimé!

      J'aime

Les commentaires sont fermés.