La nuit du premier jour · Theresa Révay

Quelle belle surprise que ce huitième et avant-dernier titre sélectionné pour le Prix du LàC! Furieusement romanesque, historiquement captivant, stylistiquement précis et élégant: tous les ingrédients étaient réunis pour que je passe avec ce roman un excellent moment de lecture.

C’est avec La nuit du premier jour (2020), son huitième roman historique, que j’ai découvert l’autrice et traductrice française Theresa Révay (1965). Une découverte bien tardive puisque son premier roman historique date de 2002 (j’ai vécu quelques années dans une grotte…). Mais qu’à cela ne tienne: j’ai la ferme intention de lire ses précédents romans en commençant par le lauréat du Prix Historia 2014, L’autre rive du Bosphore (2013).

Débutant à la fin du XIXème siècle et couvrant près de vingt-cinq ans, La nuit du premier jour est une grande fresque familiale et historique oscillant entre la France et le Levant.

Une histoire de famille et de soie. A travers l’histoire, sur deux générations, des familles Duvernay à Lyon et Zahhar à Damas, Theresa Révay nous entraîne au coeur de l’univers de la soie -une vaste industrie sur le déclin en cette fin de XIXème siècle- à la rencontre de soyeux lyonnais de renom et de canuts de la Croix-Rousse, de négociants damascènes fortunés ou encore de travailleuses précaires s’épuisant dans les filatures et les nombreux misérables cabanons de sériciculture implantés dans les diverses régions de la Grande Syrie.

Une histoire de guerre et de révolte. Les années passent, la Première Guerre mondiale éclate et la jeune génération est appelée sous les drapeaux. Alors qu’en France les poilus endurent l’horreur des tranchées, au Levant le contexte politique est marqué par l’apparition de luttes intestines au sein du puissant empire ottoman qui se voit progressivement confronté à l’émergence du nationalisme arabe et à des aspirations indépendantistes de la part de certaines de ses provinces arabes. Mais les tentatives de soulèvements sont réprimées dans le sang par « le boucher » Djamal Pacha. Ce désir d’indépendance se traduit par la suite également par le refus desdites provinces d’accepter que les puissances coloniales françaises et britanniques s’approprient le Proche-Orient.

Une histoire d’amour et de liberté. Dans ce contexte économique et politique en pleine mutation évolue une femme à l’esprit farouchement libre et en avance sur son temps. Après sa rencontre fortuite à Lyon avec un négociant damascène, Blanche Duvernay remet en cause toute son existence. Etouffant dans son univers étriqué de bourgeoise corsetée, elle finit par trouver la force et le courage de fuir sa prison dorée, le mari qu’on lui a imposé et la France qu’elle n’a jamais vraiment aimée. Mais construire une nouvelle vie sur les terres de son Levant natal aux côtés d’un homme qu’elle aime profondément a un coût terrible: l’abandon de ses deux jeunes enfants et la promesse de ne jamais chercher à les revoir.

Si la rébellion de Blanche Duvernay sert de moteur au roman, La nuit du premier jour ne se construit pas uniquement autour de ce personnage et c’est là que résident selon moi tout l’intérêt, toute la force et la maîtrise narratives de Theresa Révay. Elle excelle ainsi à restituer de façon très naturelle et bien documentée des contextes culturels, économiques et politiques régionaux différents mais également et surtout à créer une vaste galerie de personnages d’origines socio-culturelles diverses dont plusieurs se distinguent par leur profondeur, revêtant dès lors une importance particulière et tout aussi importante que celle de Blanche.

La nuit du premier jour fut une très belle découverte, une lecture foisonnante et passionnante. J’en redemande!

Note : 4.5 sur 5.
Albin Michel, 496 pages, septembre 2020.



© Andrea Lamberti / Pixabay

2 réflexions au sujet de “La nuit du premier jour · Theresa Révay”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s