GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique · Ondjaki

Troisième et dernier petit voyage en Afrique pour ce début d’année… Après le Burkina Faso et le Nigéria, cap sur l’Angola!

GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique (2021) est le troisième roman traduit en français de l’auteur et réalisateur angolais Ondjaki, de son vrai nom Ndalu de Almeida (1977). Il a également publié plusieurs recueils de nouvelles et de poésie ainsi que des livres jeunesse pour lesquels il a remporté de nombreux prix. Ondjaki est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs auteurs lusophones de sa génération.

GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique est un roman à hauteur d’enfant, rafraichissant, imagé et coloré, empli de poésie et de fantaisie dans lequel Ondjaki nous emmène sur les traces d’une bande d’enfants vifs et curieux ayant décidé de s’opposer et de faire échouer à tout prix le projet de développement visant la modernisation de leur quartier.

A PraiaDoBispo, dans la banlieue de Luanda, les occupants russes construisent un immense Mausolée à la gloire du premier Président angolais, Agostinho Neto (1922-1979). Idéalement situé au bord de l’océan, le quartier fait l’objet de nombreuses spéculations inquiétant ses habitants et plus particulièrement les enfants qui ont aperçu sur le chantier de la dynamite et craignent à juste titre que les Russes fassent « dexploser » leur quartier.

GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique est une plongée à la fois réelle et imaginaire dans la vie quotidienne d’un quartier défavorisé de la capitale angolaise des années 1980 et une délicieuse rencontre avec ses habitants hauts en couleurs. Parmi eux se trouvent le jeune narrateur, ses amis TroisQuatorze (d’après le nombre Pi) et Charlita, sa GrandMèreAgnette renommée GrandMèreDixNeuf après l’opération qui l’a privée d’un orteil, GrandMèreCatarina ou encore EcumedeMer, le fou du quartier qui fait fi des nombreuses interdictions et continue de joyeusement se baigner dans l’océan, le docteur RafaelTocToc, Vendeurd’Essence et beaucoup d’autres. Et puis n’oublions pas les drolatiques « langoustes bleues » alias les Russes et plus particulièrement le CamaradeBotardov, le fameux Soviétique du titre, qui en plus de fournir en douce de l’électricité à GrandMèreDixNeuf à laquelle il s’est profondément attaché cache un secret de taille.

Ondjaki s’est inspiré de ses souvenirs d’enfance et de l’histoire de l’Angola depuis son indépendance en 1975 pour écrire un roman savoureux, original et décalé qui m’a donné envie de poursuivre ma découverte de son univers.

Note : 4 sur 5.
Métailié, 192 pages, janvier 2021.

AvóDezanove e o segredo do Soviético (2008)
Trad. Danielle Schramm

© Ulrike Mai / Pixabay

2 réflexions au sujet de “GrandMèreDixNeuf et le secret du Soviétique · Ondjaki”

  1. c’est marrant car j’ai lu plusieurs romans africains et le dernier me fait penser à celui-ci, des enfants aux surnoms atypiques, les traces de la dictature, de la guerre civile, une sorte de joyeux foutoir 🙂 Il s’agit de la Danse du Vilain qui jongle sur deux pays

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais envie de sortir un peu de ma zone de confort et même si j’appréhendais un petit peu, ce fut une belle surprise. J’aimerais maintenant bcp lire « Les transparents » du même auteur. Quant à « La danse du Vilain », je l’avais repéré à sa sortie puis noté suite à ton billet.

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s