La ferme aux poupées · Wojciech Chmielarz

Pour ma première incursion à l’Est cette année dans le cadre de la quatrième édition du « Mois de l’Europe de l’Est » organisé par Eva, Patrice et Goran, j’ai choisi Wojciech Chmielarz, un auteur polonais de romans policiers que j’ai eu le plaisir de découvrir il y a tout pile un an grâce à ce mois thématique.

La ferme aux poupées (2018) est le deuxième volet d’une série policière consacrée à Jakub Mortka dit le Kub, un inspecteur de la Criminelle de Varsovie.

Sa précédente enquête s’étant mal terminée, le Kub a été sanctionné et muté dans la foulée, sous couvert d’un programme d’échange de compétences, dans une ancienne petite ville minière des Carpates où il ne se passe jamais rien. Bien évidemment, cela ne va pas durer. Ainsi, après la disparition inquiétante d’une fillette de onze ans très probablement enlevée par un pédophile, plusieurs cadavres de femmes affreusement mutilées sont retrouvés dans une ancienne mine désaffectée.

La police de Kretowice se sentant totalement démunie face à la nature et à l’ampleur de cette affaire, Mortka est nommé consultant de la police locale et sommé de prendre, officieusement bien sûr, les rênes de l’enquête. La survie du commissariat étant menacée, il est d’autant plus important que l’affaire soit rapidement et positivement résolue. Mais c’est sans compter sur les ambitions professionnelles parfois troubles des uns et des autres.

Comme dans Pyromane et La Cité des rêves, Wojciech Chmielarz dépasse la simple enquête criminelle pour pointer du doigt un certain nombre de dysfonctionnements au sein de la société polonaise. L’intrigue dont il est question dans La ferme aux poupées s’inscrit ainsi dans un contexte de détresse sociale marqué par le déclin économique de toute une région.

« […] Andrzejewski visait des mafias, des bandes organisées pour la criminalité économique… Zajda se trouvait, lui, nez à nez avec une autre menace: un troupeau de jeunes chômeurs privés de tout espoir, brutalement écrasés par un monde qu’ils avaient cru sûr. Il était effrayé, car il lisait dans leurs yeux et leurs gestes que l’uniforme n’avait plus rien de sacré. […] L’époque où le milicien de la Pologne communiste était un dieu était bien révolue. »

Depuis la fin des années 1980, de nombreuses usines ont fait faillite et Kretowice n’a pas été épargnée par le chômage dû à la fermeture de sa mine d’uranium. Pire, l’exploitation de cette dernière a eu des conséquences absolument tragiques sur la santé des mineurs. De façon générale, cette période a vu émerger de nouvelles formes de criminalité dont je ne dévoilerai rien de plus ici.

Enfin, en liant la disparition d’une fillette du coin à celle d’une jeune fille issue de la communauté tzigane de Kretowice, l’auteur évoque l’histoire de ce peuple ainsi que la discrimination à laquelle il est confronté depuis des décennies.

En entremêlant une enquête criminelle aux nombreuses ramifications, certaines réalités socio-économiques de la Pologne post-communiste et les nombreux déboires privés et professionnels de son enquêteur phare, Wojciech Chmielarz nous offre encore une fois un très bon moment de lecture.

Note : 4 sur 5.

Mon avis sur Pyromane (T1) et la Cité des rêves (T4) est à lire ici et .

Agullo, 320 pages, mars 2018

Farma Lalek (2013)
Trad. Erik Veaux


© Photo Jerzy Górecki Pixabay

Lu dans le cadre du mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran.

14 réflexions au sujet de “La ferme aux poupées · Wojciech Chmielarz”

  1. Je vois souvent passer des avis plus que positifs sur cet auteur, mais je n’ai toujours pas franchi le pas… à noter pour le prochain mois de l’est (le programme de cette année étant déjà bouclé).
    Ingannmic

    J'aime

  2. je viens de le trouver (occasion) ainsi que « La Colombienne  » je vais pourvoir découvrir cet auteur 🙂 je garde les 2 autres pour le challenge de l’an prochain
    l’an dernier j’ai découvert un auteur de polars polonais qui m’a bien plu: Miloszewski (j’espère que je l’ai bien orthographié! )

    Aimé par 1 personne

    1. Oh génial! La colombienne (T3) est le seul des quatre qu’il me reste à lire. Je suis curieuse de lire ton avis, j’espère que tu aimeras. Eva m’a parlé plusieurs fois déjà de Miloszewski, il faut absolument que je le lise! Je vais aller voir sur ton blog si je trouve ton article. Bon samedi Eve.

      Aimé par 1 personne

    1. Oui, il l’est et c’est d’ailleurs ce qui me plaît dans cette série. L’auteur est journaliste et rédacteur en chef d’un site internet consacré au crime organisé, il sait de quoi il parle. Parmi les auteurs de polars polonais, Zygmunt Miłoszewski rencontre un beau succès. Je ne l’ai pas encore lu mais ça ne saurait tarder.

      Aimé par 1 personne

  3. j’avais loupé ce billet, j’ai lu Pyromane du coup je vais lire celui-ci dès qu’il sera dispo à la BM la Pologne ça change !

    J'aime

Répondre à Patrice Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s