Bleu calypso · Charles Aubert

Bleu calypso, Rouge tango et Vert samba… J’ai vu beaucoup d’avis positifs sur cette trilogie depuis la sortie du premier tome en 2019. La parution toute récente de Vert Samba a servi de déclic pour que je me lance enfin dans Bleu calypso.

Premier roman de l’auteur français Charles Aubert dont le parcours de vie ressemble en certains points à celui de son personnage principal, Bleu calypso (2019) se déroule dans une région du sud de la France caractérisée par de nombreux espaces naturels dont certains sont encore en partie sauvages.

Niels Hogan a fui Paris, son bruit, son stress et ses nombreux problèmes pour s’installer dans une cabane au bord de l’étang des Moures, au sud de Montpellier. C’est là que miné par la solitude, l’angoisse existentielle et l’absurdité de la vie, il a d’abord arpenté la région avec son Leica autour du cou avant de se lancer dans la fabrication de leurres qu’il vend avec un franc succès sur internet. Bien qu’il soit solitaire et qu’il reste fortement marqué par certains événements douloureux de son passé, il semble couler des jours plutôt paisibles loin de l’agitation et du stress, entre ses sorties de pêche et ses moments passés en compagnie de son seul ami, Vieux Bob. Tout bascule le jour où il découvre un cadavre lors d’une sortie pêche.

La lecture de Bleu calypso ne fut pas sans me rappeler la trilogie coup de coeur de l’auteur américain William G. Tapply (1940-2009) dont l’intrigue, centrée autour d’un guide de pêche amnésique vivant dans une cabane au fond des bois, se déroulait au coeur des grands espaces sauvages du Maine. J’ai ainsi beaucoup apprécié suivre Niels sur les vastes étangs situés entre Montpellier et Sète, la douceur de vivre qui se dégage d’une vie simple au plus près de la nature (quand on n’y trouve pas des cadavres) ainsi que certaines réflexions liées à la décroissance. L’enquête policière est en revanche très basique et sans aucune surprise, tout en étant parfois un peu rocambolesque. Bleu calypso reste un roman agréable à lire, je lirai donc la suite avec plaisir.

Note : 3 sur 5.
Slatkine et Cie, 320 pages, janvier 2019.



Photo © Franz Fischli, Pixabay

7 réflexions au sujet de “Bleu calypso · Charles Aubert”

  1. C’est un livre que j’avais lu l’an dernier et je rejoins complétement ton analyse : c’est plaisant même si l’enquête n’est pas inoubliable. J’ai trouvé que le lieu et les personnages étaient bien campés.

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, l’enquête est vraiment très basique mais cela n’est pas bien grave au vu de l’atmosphère qui se dégage de ce roman. Tu penses lire la suite?

      Je te conseille chaleureusement la trilogie de Tapply, même si tu en auras certainement déjà beaucoup entendu parler par Eva 🙂 L’enquête en tant que telle n’est pas non plus inoubliable mais tout le reste est très, très réussi!

      J'aime

Répondre à Goran Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s