Rends-moi fière · Nicole Dennis-Benn

Après un roman algérien et un polar néo-zélandais, je continue ma découverte des Editions de l’Aube avec un premier roman jamaïcain très fort. Littérature du monde, littérature engagée, c’est tout ce que j’aime!

Rends-moi fière (2021) est un premier roman percutant et résolument engagé dans lequel l’autrice et professeure de creative writing jamaïcaine Nicole Dennis-Benn (1982) brosse le portrait d’une Jamaïque gangrenée par les injustices et les inégalités de classe, de race et de sexe.

A River Bank, un ancien village de pêcheurs à la périphérie de Montego Bay dans le nord-est de la Jamaïque, vivotent la jeune trentenaire Margot, sa soeur de quinze ans Thandi et leur mère Delores. Femme aigrie et rongée par l’appât du gain, Delores survit en vendant au marché des articles bas de gamme aux touristes américains. Margot, elle, travaille depuis de nombreuses années pour des clopinettes dans un hôtel de la région mais espère, grâce à sa relation avec le grand patron, bientôt obtenir une importante promotion. En attendant, elle arrondit ses fins de mois en faisant secrètement des heures supplémentaires particulières qui lui permettent de régler les frais de scolarité exorbitants de l’école catholique huppée dans laquelle est scolarisée sa soeur. Margot ayant sacrifié sa dignité et sa vie entière pour Thandi, la situation est très claire: sa soeur doit impérativement réussir ses études afin de sortir de la misère et mener une vie prestigieuse. Mais l’adolescente est obnubilée par sa couleur de peau noire qu’elle considère comme un frein sur le chemin de la réussite.

Nicole Dennis-Benn brosse un tableau sans concession de la société jamaïcaine à travers une galerie de personnages féminins triplement défavorisés par leur sexe, leur race et leur statut social.

« Toutes rapportent de l’argent à cette île qui les ignore, qui les rejette vers le large comme du bois mort jusqu’à ce qu’elles disparaissent, rongées par les éléments. Ou plutôt, qui les laisse couler au fond de la mer. »

Rends-moi fière est un roman féminin et ouvertement féministe qui dénonce la victimisation et l’exploitation sexuelle des femmes ainsi que l’homophobie. Dans Rends-moi fière, les femmes luttent pour leur survie. Avec l’énergie du désespoir et en usant parfois de moyens discutables, elles luttent pour s’affranchir du carcan physique et psychologique qui leur a été imposées par la société. Elles luttent pour être elles-mêmes et maîtriser leur destin.

Rends-moi fière dit le colonialisme, les inégalités raciales, les sensations de mal-être, la haine de soi et la douloureuse quête identitaire liées à la domination et l’exploitation socio-économique, politique et idéologique des Noirs par les Blancs.

Rends-moi fière met en exergue les injustices économiques, dénonce les politiques gouvernementales et les politiciens ayant accueilli en grande pompe les capitaux étrangers et vendu le pays à des promoteurs immobiliers sans scrupules qui fusionnent, démolissent, extorquent et expulsent à tour de bras les populations locales qui n’ont bien évidemment pas leur mot à dire. D’un côté le bling-bling et la construction effrénée d’hôtels de luxe, de l’autre la tragique disparition de villages entiers et la destruction irréversible de l’environnement.

Rends-moi fière. Un premier roman terriblement et tristement réaliste, empreint à la fois d’une grande détresse et d’une profonde humanité.

Note : 4.5 sur 5.
L’Aube, août 2021, 416 pages.

Here Comes The Sun (2016) Trad. Benoîte Dauvergne






Photo © Pixabay

4 réflexions au sujet de “Rends-moi fière · Nicole Dennis-Benn”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s