La liberté des oiseaux · Anja Baumheier

Une saga familiale ayant comme toile de fond l’histoire de la RDA? Impossible de passer à côté!

La liberté des oiseaux (2021) est une saga familiale très romanesque et captivante dans laquelle l’autrice allemande Anja Baumheier (1979) brosse le portrait d’une famille est-allemande dont le destin tragique est étroitement lié à l’histoire de la RDA.

Lorsque la peintre quadragénaire berlinoise Theresa Matusiak est contactée par un notaire l’informant du décès de sa soeur aînée Marlene Groen, le ciel lui tombe sur la tête. Theresa n’a en effet jamais connu sa deuxième soeur puisqu’elle est, selon les dires de ses parents, décédée avant sa naissance. Bouleversée, elle décide de partir en quête de la vérité.

En alternant passé et présent, Anja Baumheier dévoile progressivement le destin de la famille Groen depuis la petite enfance de Johannes en Silésie dans les années trente jusqu’au décès de sa fille Marlene à Berlin quatre-vingts ans plus tard. Après avoir connu les douleurs de l’exil au lendemain de la défaite allemande de 1945, Johannes s’installe quelques années à Rostock avec son épouse et leur première fille Charlotte avant de s’établir définitivement à Berlin-Est où il fait carrière à la Stasi. C’est là que se jouera le drame dont les terribles conséquences se répercuteront sur Theresa des décennies plus tard.

Bien que fortement romancé, le contexte historique est très intéressant. L’autrice aborde d’abord brièvement la Seconde Guerre mondiale, le redécoupage des frontières suite à la défaite allemande, la création de la RDA et la construction du mur de Berlin avant de nous plonger au coeur du Berlin-Est des années soixante à quatre-vingts. C’est là, au coeur de cette société totalitaire caractérisée par la surveillance de masse, la privation des libertés fondamentales, l’incarcération et la torture des opposants politiques que s’écrira le destin poignant de Marlene.

Malgré une écriture très simple, La liberté des oiseaux est un roman captivant qui se lit avec plaisir!

Note : 3.5 sur 5.
Les Escales, novembre 2021, 432 pages.

Kranichland (2018)
Trad. Jean Bertrand


Photo © schreib-engel

Roman lu dans le cadre du mois thématique Les feuilles allemandes

9 réflexions au sujet de “La liberté des oiseaux · Anja Baumheier”

  1. Il est pour toi, clairement. Je lirai ton avis avec plaisir.
    Pendant les années 80, ma grand-mère maternelle a accueilli, chaque été pendant plusieurs années, une adolescente dont la mère avait réussi à fuir et à passer à l’ouest. Elles vivaient à Kreuzberg dans des conditions très modestes. L’une de mes tantes est toujours en contact avec elle aujourd’hui.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s