Antoine · Christian Blanchard

Mon année 2022 se termine presque comme elle a commencé: avec Christian Blanchard. Tu ne seras plus mon frère (2021) m’ayant fait très forte impression en janvier, il me fallait absolument lire un autre de ses romans. Mon choix s’est porté sur Antoine (2022). Verdict? Trois cents pages avalées d’une seule traite en une soirée!

Avec Antoine (2022), l’ancien enseignant, conseiller en formation et proviseur français Christian Blanchard (1959) signe un thriller social d’une grande noirceur dans lequel il retrace la vie brisée d’un jeune garçon pris dans l’engrenage infernal d’un système judiciaire inique.

Antoine, c’est l’histoire d’une enfance saccagée suite à une réorientation professionnelle ratée ayant engendré chez un père de famille mal-être, alcoolisme et violence intra-familiale. La violence inouïe dont fait preuve presque quotidiennement un homme profondément frustré envers sa femme et son fils unique atteint son paroxysme un jour de l’été 1972. La situation dérape, dégénère, jusqu’au geste de trop. Un geste, irréparable, qui signe le début de la très longue descente aux enfers d’un jeune garçon dont la vie s’est arrêtée de la plus brutale des façons l’été de ses douze ans.

Antoine, c’est l’histoire d’une époque et d’une région. Celle de la ville normande de Dieppe notamment qui, en devenant à la fin des années soixante le premier port de France pour l’importation de certains aliments en provenance du Maroc et des îles Canaries, a modifié en profondeur et de façon irrémédiable le tissu économique et social de la région. C’est également l’histoire d’un système judiciaire et carcéral qui ne différencie pas les victimes des bourreaux et broie ainsi et à tout jamais ceux qui ne méritaient pas un tel traitement.

En alternant narration à la troisième personne du singulier et extraits des carnets rédigés par Antoine au fil des ans, Christian Blanchard questionne de façon globale et fort intéressante les notions de bien et de mal. Il incite également à la réflexion sur d’importantes thématiques telles que l’influence de l’environnement social et économique sur les comportements humains, la violence intra-familiale et étatique, les traumatismes psychiques et les comportements déviants, le fonctionnement du système judiciaire, la peine privative de liberté et la réinsertion sociale.

Si le dernier quart du roman m’a un peu moins convaincue en raison d’une trop grande accumulation de malheurs, Antoine reste un roman réussi et hautement addictif mais dont on ne ressort pas indemne.

Note : 4 sur 5.
Belfond, mars 2022, 301 pages.



© Robert Pastryk/Pixabay

11 réflexions au sujet de “Antoine · Christian Blanchard”

  1. Bah mince, alors.. je me le suis fait dédicacer par l’auteur lors d’un salon (j’avais aimé certains aspects de son autre roman Iboga, malgré un traitement un peu superficiel de son sujet), et je n’ai pas pu dépasser les 30 premières pages : j’ai trouvé que ça ne « sonnait pas vrai », que l’écriture faisait « fabriquée »… il a du coup échoué dans une boîte à livres…

    J’aime

    1. Oh mince. Pour ma part, j’aime vraiment beaucoup ce que propose cet auteur et je compte bien lire ses précédents romans. Pour l’écriture, je n’ai absolument pas été gênée mais je sais pour l’avoir vécu tout récemment avec « Betty » qu’il est très compliqué de lire un roman quand on n’adhère pas au style… Tu penses en tenter un autre ?

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s