· Daddy Love · Joyce Carol Oates

Daddy Love est le second livre que je lis de Joyce Carol Oates. J’appréhendais un peu de le commencer tellement Fille noire, fille blanche m’avait dérangée et laissée un goût amer il y a quelques mois. Au vu du thème abordé dans Daddy Love, je me doutais par ailleurs que mes nerfs seraient mis à rude épreuve. 

Ça a été pire que ça. Ce livre a été une véritable torture. Parce que Daddy Love est une plongée dans l’horreur absolue, dans ce qui existe de pire au monde pour une mère, un père: l’enlèvement de son enfant par un prédateur sexuel doublé d’un tueur en série. 

En se positionnant tour à tour du côté de la mère, de l’enfant et de l’assassin pédophile, JCO nous éclaire sur les différentes façons dont cette tragédie a affecté la vie des différents protagonistes. Avec un style remarquablement efficace et une écriture quasi hypnotique, elle dit l’indicible tout en restant dans la retenue. Sans pathos ni jugement, elle laisse au lecteur le soin de deviner les détails insoutenables et de trouver des réponses aux questionnements douloureux que soulève ce récit. 

C’est un livre d’une noirceur effroyable duquel je suis ressortie complètement lessivée, mais paradoxalement aussi avec une espèce de fascination pour cette auteure dont la plume m’a envoûtée.

Daddy Love, Joyce Carol Oates, Philippe Rey, 272 pages, avril 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s