· L’aigle de sang · Marc Voltenauer

Bienvenue à Gotland, la plus grande île suédoise située au sud-est de Stockholm, dans la mer Baltique. Gotland ravira notamment les férus d’histoire et de culture par ses nombreux sites archéologiques vikings et sa mythologie païenne! Mais soyez vigilants car des rites ancestraux étranges perdurent… Et certains secrets profondément enfouis, lorsqu’ils sont mis à jour, peuvent donner lieu à de véritables massacres!

Troisième volet que Marc Voltenauer consacre à l’inspecteur suisse Andreas Auer (et le premier que je lis de l’auteur), L’aigle de sang se déroule principalement à Gotland où débarque Andreas après que sa soeur lui a dévoilé un lourd secret de famille. S’il y a bien sûr quelques références aux titres précédents, il n’est toutefois pas nécessaire de les avoir lus pour apprécier celui-ci.

En quête de ses origines, Andreas n’a qu’un seul objectif: faire toute la lumière sur son passé. Malheureusement, il se retrouvera mêlé malgré lui à une sombre histoire de meurtres rituels dont les ramifications remontent aux années 1970.

L’aigle de sang, en référence à un rite viking effroyable, est ainsi un double voyage, une double quête à travers le temps et l’histoire: celle concernant les Enfants de Freya, un clan secret faisant revivre le paganisme nordique de façon particulièrement sanglante à travers des sacrifices aux dieux et l’invocation de forces occultes et celle concernant l’histoire personnelle d’Andreas.

Si le roman m’a tenue en haleine grâce à des chapitres très courts et rythmés alternant entre passé et présent, une intrigue intéressante basée sur une double enquête truffée de références culturelles et historiques, du suspense, des rebondissements et quelques passages me donnant des sueurs froides, la (trop grande?) multitude de personnages -dont beaucoup portent en plus des pseudonymes- a failli me perdre. Par ailleurs, l’écriture manque parfois de relief et certaines ficelles m’ont semblé un peu trop grosses. Il n’en reste pas moins que j’ai passé un bon moment de lecture et que l’auteur a pleinement réussi à m’embarquer avec lui à la découverte de Gotland. 

L’aigle de sang, Marc Voltenauer, Slatkine et cie, 512 pages, mars 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s