· 1793 · Niklas Natt och Dag

J’aime les thrillers et les romans historiques alors imaginez un thriller historique… Autant vous dire que je l’attendais avec impatience ce premier roman de Niklas Natt och Dag! Et quel premier roman! Magistral. Rien de moins.

1793 est une immersion saisissante de réalisme dans les bas-fonds de la Stockholm de cette fin du XVIIIème siècle, une intrigue hautement addictive et habilement construite, des personnages repoussants mais ô combien attachants. 

Le roman s’articule autour de quatre parties, chacune correspondant à l’une des quatres saisons de cette année 1793. Si le roman ne se décline pas au fil chronologique des saisons, le choix de cet agencement narratif permet progressivement et de façon fort originale d’établir des liens entre des lieux et des personnages qui n’ont a priori rien à voir les uns avec les autres. Ainsi les pièces s’assemblent peu à peu et finissent par s’imbriquer à la manière d’un puzzle.

Stockholm, automne 1793. Un cadavre amputé de tous ses membres, les yeux crevés, les tympans percés et la langue arrachée, est retrouvé dans le lac nauséabond de Fatburen. Un duo improbable formé d’un juriste tuberculeux en phase terminale et d’un vétéran infirme de la guerre russo-suédoise est chargé, à titre officieux, par le chef de la police de faire toute la lumière sur cette affaire. Le temps presse car cet homme profondément intègre est sur le point de se faire éjecter de son poste au profit d’un nouveau chef de police autrement plus corruptible et sans scrupules. 

Corruption généralisée, luttes de pouvoir, misère, violence, alcoolisme, saleté et maladies, le portrait de la ville est sombre, l’atmosphère à la fois glaçante et suffocante, poisseuse et malsaine. Alors oui, 1793 est un roman noir. Très noir. Glauque, oppressant, violent et parfois à la limite du soutenable. C’est bruyant, ça crie et ça hurle, ça geint et ça pleure, ça bastonne, ça torture et ça tue. C’est sale et ça pue, la ville suinte la misère et dans la rue ça grouille de malades et d’ivrognes. On se surprend parfois même à fermer les yeux, à froncer les sourcils et le nez! Alors non, 1793 n’a absolument rien de ragoutant. 

Et pourtant. Quel intense et immense moment de lecture! Pourquoi? Tout simplement parce que ce roman est addictif, très bien écrit (et traduit) et parfaitement documenté. L’auteur fait preuve d’une grande maîtrise non seulement dans l’intrigue mais aussi et surtout dans la reconstruction historique et nous embarque à sa suite et sans jamais nous perdre dans cette période troublée qui a suivi l’assassinat du roi Gustav III en 1792. C’est d’une plume précise, énergique et puissante qu’il évoque les luttes pour le pouvoir, la faillite de l’État et la crainte d’un soulèvement populaire alors qu’un vent révolutionnaire venu de France souffle sur la Suède.

En bref, c’est un sans faute et un grand coup de coeur!

1793, Niklas Natt och Dag, Sonatine, 448 pages, avril 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s