· La nuit de l’ogre · Patrick Bauwen

« Des frissons. Voilà le but. Souffler un courant d’air glacial sur votre épiderme, accélérer votre pouls et vous empêcher de dormir: tels sont mes objectifs à chaque nouvelle histoire. »

Voilà ce qu’écrit Patrick Bauwen dans ses remerciements. Et bien, c’est réussi! J’ai dévoré ce thriller très addictif et quelque peu anxiogène en seulement deux jours, lisant jusqu’à très tard le soir alors que je me trouvais seule au salon… Accès de panique garanti!

J’ai emprunté La nuit de l’ogre à la bibliothèque ne sachant pas alors qu’il faisait partie d’un cycle initié avec Le jour du chien. Les quelques références au titre précédent ne m’ont néanmoins pas empêchée d’apprécier ma lecture.

Une tête humaine dans un bocal rempli de formol abandonné par une jeune auto-stoppeuse dans la voiture d’un médecin-urgentiste, une jeune femme disparue, une agression dans les couloirs désaffectés du métro parisien, un tueur en série effroyable, une ombre inquiétante portant un chapeau melon, des confréries d’étudiants, un étrange site internet consacré à l’art des photos post-mortem… Voici quelques-uns des éléments autour desquels se construit ce thriller très rythmé, captivant et redoutablement efficace!

Deux enquêtes sont menées en parallèle: l’une par l’unité de recherches et d’investigation dirigée par le commissaire Batista, l’autre par Chris Kowak, médecin-urgentiste et prof à la fac de médecine. Solitaire vivant dans un appartement vide et carburant aux médicaments et à l’alcool et qui pour oublier son passé douloureux se noie dans le travail, Kowak en fait presque naturellement une affaire personnelle. Ce faisant, il met le doigt dans un engrenage diabolique.

Patrick Bauwen, lui-même médecin-urgentiste, nous entraîne de façon extrêmement convaincante dans les coulisses du milieu hospitalier, du service des urgences à la fac de médecine, des amphis aux salles de dissection en passant par les sous-sols des confréries estudiantines et par un étrange service médical tenu secret.

Ambiance morbide et oppressante, personnages profonds et bien dépeints, du rythme, du suspense, des rebondissements et une bonne dose d’angoisse: ce thriller présente tout ce qu’il faut pour passer un très bon moment de lecture!

Une excellente découverte donc que cet auteur dont toute la bibliographie a mystérieusement fini sur ma wishlist!

La nuit de l’ogre, Patrick Bauwen, Albin Michel, 496 pages, mai 2018.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s