· Les sept morts d’Evelyn Hardcastle · Stuart Turton

« Si ce n’est pas l’enfer, le diable prend à coup sûr des notes. »

Un labyrinthe temporel diabolique. Voilà comment pourrait se résumer en quelques mots Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, le premier roman très original de Stuart Turton. S’il peut sembler quelque peu déroutant au début, ce polar devient réellement captivant dès lors que les premières clés de compréhension sont données.

L’intrigue est aussi passionnante que complexe et foisonnante et demande de ce fait vigilance et concentration car il ne s’agit ici de rien de moins que de résoudre une enquête à cheval sur diverses boucles temporelles! Un polar atypique donc mais qui a su me captiver du début à la fin!

Lorsqu’après avoir erré complètement désorienté dans une épaisse forêt, Aiden Bishop se réveille le lendemain dans un corps qu’il ne reconnaît pas, la vérité, directe et brutale, lui est assénée par un mystérieux médecin de peste: s’il veut quitter le manoir des Hardcastle dans lequel il a été convié avec une multitude d’autres invités et retrouver son ancienne vie, il doit absolument élucider le meurtre de Evelyn Hardcastle qui aura lieu le soir même à 23h. S’il n’y parvient pas, il sera condamné à revivre plusieurs fois la même journée en endossant chaque fois le corps et la personnalité d’un hôte différent.

Chaque nouvelle journée et chaque nouvel hôte doit lui permettre de récolter de nouveaux indices, de les compiler et de les assembler de telle manière à ce qu’il puisse résoudre le meurtre. Mais le parcours étant semé d’embûches et non dénué de dangers, Aiden devra se montrer particulièrement futé et prudent pour déjouer les nombreux pièges de ce jeu diabolique et potentiellement mortel.

Alors? Comment faut-il s’y prendre pour échapper à ce piège temporel? Et peut-on réellement changer les choses sans les empirer? Si vous aimez jouer, analyser et cogiter, lancez-vous, vous allez adorer!

Pour ma part, j’ai été emportée par ce roman tourbillonnant, ses personnages hauts en couleurs et son atmosphère délicieusement désuète.

Un très chouette premier roman, vivement le suivant!

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, Stuart Turton, Editions Sonatine, 544 pages, mai 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s