Requiem pour un diamant · Cécile Cabanac

J’ai eu la grande joie de recevoir Requiem pour un diamant (2020) dans le cadre d’une Masse critique Babelio. En raison du délai imparti pour rédiger mon avis, je fais aujourd’hui une petite infidélité aux « Feuilles allemandes » pour vous parler du deuxième roman de l’auteure et journaliste française Cécile Cabanac.

Au revoir l’Auvergne, bonjour l’Ile-de-France! J’avais tellement aimé le premier roman de Cécile Cabanac, Des poignards dans les sourires (2019), que j’attendais avec beaucoup d’impatience la publication du deuxième. J’avoue quand-même avoir ressenti une petite déception et appréhension en apprenant que la nouvelle enquête n’aurait plus pour cadre Clermont-Ferrand et la douce ambiance champêtre (enfin, douce…) des villages auvergnats mais le très classique Paris… La bonne nouvelle? Retrouver le duo formé par Virginie Sevran et Pierre Biolet!

Plusieurs années ont passé depuis que le duo de la DRPJ de Clermont-Ferrand a résolu le meurtre d’un père de famille dans Des poignards dans les sourires. Virginie Sevran a été mutée et promue commandant à la DRPJ de Versailles, s’est mariée et a donné naissance à une petite fille. Son ancien équipier et futur papa Pierre Biolet vient quant à lui d’obtenir sa mutation à Versailles qui lui permet d’intégrer l’équipe de Sevran.

Après nous avoir plongé dans l’intimité et les secrets d’une famille bourgeoise dysfonctionnelle, Cécile Cabanac s’intéresse ici de très près à un tout autre type de famille et de secrets: ceux du milieu sélect et fermé de la joaillerie parisienne. En construisant son intrigue autour du meurtre d’un très réputé joaillier de la Place Vendôme, elle nous ouvre en grand les portes d’un univers confidentiel et feutré dont l’accès est généralement verrouillé pour monsieur et madame tout le monde.

A travers une alternance de nombreux points de vue qui donnent lieu à une enquête complexe aux nombreuses ramifications, l’auteure nous emmène de Paris à Moscou en passant par Anvers et montre comment certains représentants de la joaillerie internationale entretiennent dans les coulisses des liens opaques avec le grand banditisme.

Une fois de plus j’ai été véritablement charmée par le style de Cécile Cabanac, sa capacité à retranscrire une atmosphère particulière et à créer une grande galerie de personnages diversifiés tout sauf lisses. Encore une fois, pas de sensationnalisme ni de surenchère mais une intrigue simplement et fortement ancrée dans la réalité et une enquête solide et méthodique dans la plus pure tradition du roman policier.

Un très bon moment de lecture encore une fois avec une auteure pour moi dorénavant incontournable!

Note : 4 sur 5.

Mon avis sur Des poignards dans les sourires est à lire ici.

Requiem pour un diamant Fleuve noir, 468 pages, septembre 2020


© Leo SERRAT / Unsplash

5 réflexions au sujet de “Requiem pour un diamant · Cécile Cabanac”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s