Les filles du choeur · Eric Marchal

Envie d’une petite escapade en Italie? Alors venez, je vous emmène à Venise!

Les filles du choeur (2021) est le huitième roman historique de l’auteur français Eric Marchal (1963) et le premier tome d’une trilogie intitulée Le soleil suivant dont le personnage principal, le médecin lorrain Azlan de Cornelli, apparaissait déjà dans Le soleil sous la soie (2011).

Venise, février 1713. Azlan de Cornelli, récemment arrivé à Venise, procède à une autopsie illégale lorsqu’il est demandé de toute urgence aux Incurabili où il travaille en tant que chirurgien: la scène accueillant les célèbres musiciennes rivales de la Pietà et des Incurabili s’est effondrée sur le public. Grâce à l’aide d’un mystérieux médecin masqué, il sauve de nombreux blessés, ce qui lui vaut la reconnaissance d’importants notables vénitiens ainsi qu’un second poste de médecin à la Pietà auquel il ne peut malheureusement se soustraire. Cet accident marque un tournant décisif dans la vie d’Azlan qui se retrouve bientôt mêlé à une suite d’événements aussi inattendus que dangereux.

Les filles du choeur est un roman historique et d’aventures foisonnant dans lequel Eric Marchal nous entraîne à la suite d’Azlan de Cornelli dont le destin sera lié à celui de deux jeunes femmes qui tentent tant bien que mal de s’extraire de leur condition: Maria Dalla Viola, une musicienne talentueuse placée très jeune dans la prestigieuse institution religieuse de la Pietà -en réalité une prison qui ne dit pas son nom- et Sarah Koppio, une juive du ghetto possédant un message codé devant la conduire au Codex Quanum, ce traité arabe du XIIème siècle dont le contenu pourrait révolutionner l’histoire de la médecine.

S’il m’est arrivé de perdre le fil en raison du très (trop?) grand nombre de personnages, j’ai beaucoup aimé déambuler au gré des ruelles et des canaux de Venise. Les descriptions des lieux, les références à la science et à l’art, les explications liées à la pratique de la médecine au début du XVIIIème siècle et enfin le côté page turner étaient très appréciés et m’ont donné envie d’aller jeter un oeil sur les précédents romans d’Eric Marchal*.

Note : 3 sur 5.

* Les ombres du ciel (2009), Les lumières de Géhenne (2010), Le soleil sous la soie (2011), La part de l’aube (2013), Là où rêvent les étoiles (2016), Les Heures indociles (2018) et Villa Imago (2019).

Anne Carrière, mai 2021, 367 pages.

2 réflexions au sujet de “Les filles du choeur · Eric Marchal”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s