Froid comme l’enfer · Lilja Sigurðardóttir

Après sa trilogie Reykjavík Noir et son roman indépendant Trahison (2020), la romancière et dramaturge islandaise Lilja Sigurðardóttir (1972) inaugure avec Froid comme l’enfer (2022) une nouvelle série consacrée à Aurora, une détective privée anglo-islandaise spécialisée dans le recouvrement de fonds.

Islandaises de père et anglaises de mère, Aurora et sa soeur aînée Ísafold ont longtemps vécu « entre deux mondes, sans vraiment savoir sur quel pied danser ». Après avoir vécu les premières années de leur vie à Reykjavík, leurs parents ont choisi de s’installer à Newcastle où Aurora s’est parfaitement intégrée, au point de ne plus ressentir aucun attachement pour le pays de son père. Ísafold quant à elle n’a toujours juré que par l’Islande où elle est finalement retournée à l’âge adulte pour s’y établir de façon définitive. Si elles ne partagent pas la même vision de la vie et vivent dans deux pays différents, les deux soeurs sont néanmoins toujours restées en étroit contact. Jusqu’à ce qu’une dispute les sépare.

Bien qu’elles ne s’adressent plus la parole depuis longtemps, Aurora se résout un jour de juin à prendre un vol pour l’Islande. Extrêmement préoccupée par le silence inhabituel de sa fille aînée, sa mère l’a en effet sommée de partir au plus vite pour se mettre à la recherche d’Ísafold. Toujours en colère, Aurora ne prend pas sa mission très au sérieux et, à peine arrivée, se laisse séduire par un richissime homme d’affaires avec lequel elle entame un semblant de relation. Lorsqu’il se révèle être un fraudeur fiscal de grande envergure, Aurora décide de le traquer afin de récupérer les fonds volés et ainsi rétablir la justice, non sans avoir au préalable négocié avec les banques lésées un juteux pourcentage. Les jours passent et Ísafold reste introuvable.

Bien que la destinée d’Ísafold soit connue dès les premières lignes et que le responsable de sa disparition semble rapidement tout trouvé, Lilja Sigurðardóttir parvient à semer différents indices visant à instiller le doute, nous lance sur des fausses pistes et propose un dénouement aussi inattendu que réussi.

Outre les questions de l’évasion fiscale, des fraudes financières massives et de l’effondrement du système bancaire islandais -thèmes chers à l’autrice-, il est également question dans Froid comme l’enfer de relations familiales complexes, de violences conjugales, de handicap, de deuil ou encore d’immigration.

Lu presque d’une traite.

Note : 3.5 sur 5.
Métailié, mars 2022, 287 pages.

Helköld sól (2019)
Trad. Jean-Christophe Salaün

6 réflexions au sujet de “Froid comme l’enfer · Lilja Sigurðardóttir”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s