L’énigme des Foster · Robert Goddard

J’avais beaucoup aimé Le monde des Abberley (2020) avant de batailler ferme et frôler l’abandon avec L’héritage Davenall (2019). Qu’en est-il de cette troisième lecture?

Avec L’énigme des Foster (2021), nouveau roman familial à énigmes, le très prolifique romancier anglais Robert Goddard (1954) nous plonge dans l’histoire nébuleuse d’une grande famille d’industriels anglais ayant fait fortune dans l’exploitation du kaolin. Entre passé et présent, les Cornouailles et Capri, nous allons suivre le clan Wren-Foster sur quarante ans et découvrir progressivement l’ampleur de leurs secrets et magouilles.

A la veille de prendre sa retraite après quarante ans de bons et loyaux services au sein de la même entreprise, Jonathan Kellaway se voit assigner une dernière mission par le PDG d’International Kaolin: remettre toutes les archives à l’historienne qu’il a engagée pour écrire une biographie de l’entreprise. Lorsqu’il se rend compte que certains dossiers ont mystérieusement disparu des archives de l’année 1968, Jonathan met naturellement tout en oeuvre pour les retrouver, réveillant de douloureux souvenirs et remuant de vieilles affaires que certains auraient préféré voir reléguées à jamais aux oubliettes.

C’est précisément en 1968 que Jonathan fit son entrée dans l’entreprise qui n’était à cette époque encore qu’une simple entreprise familiale, bien que déjà de loin la plus prospère de la petite ville côtière de St. Austell, en Cornouailles. Cette année 1968 fut pour lui déterminante à plusieurs égards. En effet, sa rencontre avec Oliver et Vivien Foster, les petits-enfants du fondateur de l’entreprise, avec lesquels il noua d’emblée une grande complicité, lui ouvrit en grand les portes de l’entreprise qu’il ne quittera, à sa plus grande surprise, que quarante plus tard. Par ailleurs, c’est ce même été que le jeune Oliver mourut de façon aussi inattendue que tragique. Une mort qui portera encore longtemps à conséquence.

Oscillant entre présent (2010) et passé (1968), entre recherche des archives disparues et évolution des relations au sein du clan Wren/Foster, Robert Goddard dévoile progressivement les enjeux du pouvoir, les machinations, les trahisons et autres sombres secrets de famille à l’origine de plusieurs morts suspectes. Un bon moment de lecture.

Note : 3 sur 5.

Mon avis sur Le monde des Abberley est à lire ici.

Sonatine, octobre 2021, 512 pages.

Fault Line (2012)
Trad. Claude et Jean Demanuelli








© Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s