· En attendant Eden · Elliot Ackerman

« Ce petit morceau de chair qu’elle touchait abritait un combat bien plus grand qu’elle n’en avait dans son corps tout entier. Sous son doigt, il y avait la survie, il y avait ce qu’un corps pouvait et devait être lorsqu’on le saccageait jusqu’à l’extrême limite. »

Saccagé jusqu’à l’extrême limite, Eden l’est bel et bien. Végétant depuis 3 ans dans un centre pour grands brûlés à San Antonio, l’ancien Marine est devenu l’homme le plus grièvement blessé de l’histoire de la guerre après que son Humvee a sauté sur une mine en Irak, tuant tous les occupants mais le laissant, lui, tout juste survivant.

31 kg. C’est tout ce qu’il reste de cet ancien colosse de 100 kg. De cet homme, de ce mari et jeune père, il ne subsiste qu’un amas de chair entièrement brûlé, un corps amputé en dessous du torse et un cerveau irrémédiablement endommagé. Eden n’est plus qu’une présence immobile et silencieuse clouée à jamais dans un lit.

Elliot Ackerman signe avec En attendant Eden un court roman (mais ô combien intense et poignant) à la construction remarquable et au style maîtrisé, une histoire de vie bouleversante, de celles qui nouent la gorge et marquent durablement.

Sans aucun pathos mais avec beaucoup d’humanité, l’auteur évoque la guerre et ses conséquences dévastatrices autant sur les victimes que sur leur entourage et incite à la réflexion en soulevant les questions si douloureuses de la fin de vie, de l’acharnement thérapeutique et de l’euthanasie

Grâce à un narrateur omniscient, un fantôme qui traine dans les parages en attendant qu’Eden passe de l’autre côté, il dit l’amitié et le grand amour. Mais il dit aussi et surtout la terrible souffrance liée à une lente et douloureuse agonie. Les délires d’un cerveau abîmé, d’un corps en souffrance et la volonté d’en finir enfin. Il dit l’ambivalence des sentiments d’une épouse aimante. Sa loyauté et sa culpabilité. Énorme. Il dit l’attente. Terrible. L’attente et toutes ces vies en suspension. La délivrance qui n’arrive pas.

Un roman fort et douloureux, lu en quasi apnée. Une magnifique découverte.

En attendant Eden, Elliot Ackerman, Gallmeister, 159 pages, avril 2019

2 réflexions au sujet de “· En attendant Eden · Elliot Ackerman”

Répondre à flyingelectra Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s