Bilan mensuel · mars 2021

Mars fut un mois éreintant à presque tous les niveaux et je n’ai pas été très active sur le blog. J’ai malgré tout fait de belles lectures.

Bilan: neuf livres lus dont quatre pour le « Mois de l’Europe de l’Est » et cinq billets rédigés. Les quatre derniers suivront en avril (petit indice en attendant: que de très bonnes lectures!).

J’ai continué à beaucoup voyager: aux Etats-Unis avec Amy Jo Burns, en Angleterre et en France pendant la Deuxième Guerre mondiale avec Elizabeth Jane Howard et Yoann Iacono, en Croatie avec Jurica Pavičić et Dragan Velikić, en Pologne avec Wojciech Chmielarz, au Cameroun avec Imbolo Mbue, en Russie avec Natalie Kim et enfin dans le Grand Nord norvégien du XVIIème siècle avec Kiran Millwood Hardgrave.

Ma pile à lire a été mise à jour ici. Dix livres ont été sortis de ma pal depuis début janvier mais beaucoup d’autres sont arrivés entretemps. Conclusion: un pas un avant, quatre en arrière…

La ferme aux poupées (2018) de Wojciech Chmielarz : le deuxième tome d’une série policière sociétale. C’est le troisième polar que je lis de l’auteur et j’aime toujours autant.

Mon quartier (2020) de Natalia Kim : un ensemble de petits récits pour raconter les habitants et le quartier moscovite dans lequel l’autrice vit depuis quarante ans.

Le Stradivarius de Goebbels (2021) de Yoann Iacono : un roman biographique intéressant entremêlant histoire, politique et culture pendant la Deuxième Guerre mondiale.

L’eau rouge (2021) de Jurica Pavičić : un polar social d’une grande tristesse.

Le cahier volé à Vinkovci (2021) de Dragan Velikić : abandon.

Billets à suivre : Ne dis rien de Patrick Radden Keefe (lu en février), Les femmes n’ont pas d’histoire d’Amy Jo Burns, A rude épreuve d’Elizabeth Jane Howard, Puissions-nous vivre longtemps d’Imbolo Mbue et Les graciées de Kiran Millwood Hardgrave.

Beau week-end pascal et bon mois d’avril livresque à tous.

6 réflexions au sujet de “Bilan mensuel · mars 2021”

  1. Un très beau bilan, au final!

    Je viens d’aller zieuter ta PAL. Gargantuesque! Comme toi, il en sort moins qu’il en rentre!

    Hâte de te lire sur Les femmes n’ont pas d’histoire et sur le dernier Imbolo Mbue, dont j’avais bien aimé Voici venir les rêveurs.

    Beau et bon mois d’avril, miss!

    Aimé par 1 personne

  2. Gargantuesque, tu as trouvé le mot parfait. Mais je crois bien que je suis irrécupérable…

    J’ai beaucoup aimé « Les femmes n’ont pas d’histoire » et, dans un tout autre genre, le très engagé mais aussi très lucide « Puissions-nous vivre longtemps ». Je m’intéresse au sujet depuis longtemps, je n’ai donc pour ma part rien appris de nouveau en lisant ce roman très réaliste mais il a le grand mérite de dénoncer, sans tomber ni dans le pathos ni dans l’angélisme, les pratiques absolument scandaleuses des transnationales qui détruisent sans aucun scrupule et dans l’impunité quasi totale, non seulement l’environnement mais aussi et surtout la santé des êtres vivants. Je ne peux que vivement te le conseiller.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s